Rubrique économique

La grande distribution et nous

 

La grande distribution et nous

 


J’écris ceci, car j’ai lu un article, qui m’a fait bondir, qui disait : 


« Tout cela est très réducteur et profondément injuste… », en parlant des détracteurs de la grande distribution et il ajoute :


« Car enfin, sans Édouard Leclerc – et sans tous ceux qui l’ont copié par la suite , que ferait-on de nos samedis ? On s’ennuierait atrocement… »


C’est comme si on disait : « mais que feraient nos enfants, sans l’invention des jeux vidéo », ils feraient comme nous, jouer, s’inventer des histoires, faire des jeux de rôles « Spiderman, Batman, le vengeur masqué ou alors pour changer (plus belle la vie, je plaisante bien sur) Lol.


Mais au fond, si elle n’était pas , oui, ils sauraient peut-être, ce qu’est un mouton, une brebis …
Cela me révolte profondément ! 


Que ferions-nous sans la distribution ?


Nous trouverons certainement beaucoup plus de commerçants ou de producteurs, avec de réels produits frais autour de chez nous. Nous n’aurions certainement pas perdu le dialogue avec certains de nos voisins, car à l’époque, les échanges de services ou de produits agricoles étaient courants. Une entraide était présente, nous avions tous « besoin l’un de l’autre ». C’était une communauté très soudée, comme me l’expliquait ma grand-mère. Nous avons beaucoup plus à faire, à de petites affaires familiales, qu’à des sociétés anonymes « SARL » ou autres. Vous poserez la question, si l’on y réfléchit bien, combien de fois nous regardons nos voisins, combien de fois nous leur demandons avec sincérité et non par politesse, s’ils vont bien ou si ils ont besoin d’un coup de main. 


Aujourd’hui, nous sommes même incapables de savoir cuisiner des produits fermiers, pour la plupart. Qui n’a jamais entendu dire : « Ha Ba ça, c’est du poulet fermier, il est bien ferme, pas comme celui de la grande distribution, ou quand on le cuit il ne reste plus que les os » 
Il y a une partie de vrai dans tout ça. On ne peut cuire bien longtemps, le poulet de la grande distribution, si on ne veut pas avoir que des os ! 


Mais en fait, si le poulet fermier vous le trouvez dur et ferme. C’est qu’il ne se cuit pas de la même façon que le poulet, soit disant « fermier » que vous trouvez dans la grande distribution. 
 Voir conseil de cuisson du poulet fermier

 

Il faut savoir que le produit labélisé « fermier » de la grande distribution, n’a que 81 jours soit moins de trois mois et il pèse moins de 1kg. Cela réduit le prix de la pièce, mais aussi sa qualité! Tout ceci n’est que du marketing, réduire la facture à la caisse.

 

Regardez le prix au kg des articles que vous prenez, vous serrez surpris et scandalisés, de voir en fait, à quel prix vous achetez de la mauvaise qualité pour vos enfants. Et la, je ne vous parle pas encore des OGM, je traiterai le sujet plus tard.

 

Un poulet fermier que vous allez chercher chez un bon producteur, c’est une viande qui est arrivée à maturité « env. 6 mois » et fait au minimum 2 kg vidé. Sachez que vous le paierez entre 6€ et 8€ le kg, alors que dans la grande distribution, vous trouvez soit disant ce produit entre 12€ et 17€ le kg. Cela reste  bien cher pour une viande de mauvaise qualité et de surcroit « Fermier » lol.

 

C’est encore une autre histoire, si on commence à chercher un lapin fermier dans la grande distribution. Prrrrr, jamais vu ! Et pourtant on le paye minimum 10€ le kg. Vous le trouverez chez votre producteur à partir de 5€/kg.

Je n’ai pas besoin de vous parler non plus, des légumes sans goûts, sans odeurs … Juste une chose, essayez une viande de bœuf chez un producteur, mais attention, vous n’êtes certainement plus habitué à manger de la viande tendre, ca pourrait vous faire un choc !

 

Petite note : 60% de la production de nourriture produite dans le monde est jetée. Certaines grosses enseignes jettent les produits à 4 jours de la date de péremption, en y ajoutant de l’eau de javel dessus, pour éviter que des gens dans le besoin, se servent dans leurs poubelles !

 

Pour dire, si la grande distribution n’était pas là, on mangerait des produits frais, de saison, de la viande à maturité et surtout je pense que l’on consommerait certainement de façon beaucoup plus responsable.

 

Bien à vous Thibault